Soigner la gale de boue, quels sont les traitements efficaces ?

Publié le
Soigner la gale de boue, quels sont les traitements efficaces ?

Soigner la gale de boue, quels sont les traitements efficaces ?

La gale de boue du cheval …voilà une crainte pour de nombreux propriétaires d’équidés dès que l’automne refait son apparition. En effet, cette infection bactérienne est favorisée par l’humidité, et les chevaux laissés aux prés sont fréquemment concernés par cette lésion de l’épiderme, qui peut vite s’aggraver.

À l’inverse de ce que laisse entendre le nom même de « gale de boue du cheval », cette maladie de peau ne constitue pas réellement un cas de gale, mais s’avère être une infection bactérienne. Pour pouvoir la soigner correctement, il faut non seulement apprendre à en reconnaitre les symptômes mais aussi réussir à les différencier avec ceux d’autres pathologies cutanées de l’équidé. Souvent bénigne, cette gale de boue doit cependant être rapidement diagnostiquée pour pouvoir la traiter. Soigner la gale consiste alors au respect, pendant plusieurs jours, de consignes simples.

  1. Les différentes lésions cutanées du cheval
  2. La gale de boue, une infection bactérienne
  3. Comment le cheval est infecté par la gale de boue ?
  4. Quelles parties du corps du cheval sont-elles concernées ?
  5. Comment reconnaitre les symptômes de cette infection ?
  6. Comment traiter la gale de boue ?

Gale de boue ou eczéma, teigne ou dermatites, … ? Les lésions cutanées du cheval

Comme nous le verrons ci-dessous, les symptômes de la gale de boue chez le cheval sont assez faciles à identifier, d’autant plus que cette infection n’existe qu’en cas d’humidité (eau, boue, sable ou autre). En revanche, il faut aussi apprendre à bien distinguer les autres symptômes cutanés pouvant résulter d’autres pathologies. En cas de doute, ne pas hésiter à prendre conseil auprès d’un vétérinaire.

Ainsi, la gale de boue ne doit pas être confondue avec la gale commune due à des acariens / parasites. La teigne, mycose cutanée récurrente dans le milieu équestre, les poux, la dermatose chronique, …, constituent d’autres pathologies. La crevasse, inflammation de l’épiderme du cheval, reste une des maladies de peau récurrentes dans l’univers équestre. Ces multiples affections de problème de peau se reconnaissent principalement grâce à leurs symptômes : plaques rouges sur la peau, irritations cutanées avec ou sans démangeaisons intenses, allergies (plaques rouges), éruption cutanée, …

La gale de boue du cheval, une infection bactérienne à savoir reconnaître

Les lésions cutanées du cheval sont nombreuses, mais l’une de celles-ci inquiètent les propriétaires, des ces grands animaux, gardant leur monture au près : la gale de boue. Contrairement à la véritable gale, provoquée par un acarien, la gale de boue du cheval est une infection bactérienne. La dermatophilus congolensis, la véritable coupable de cette réaction cutanée, prolifère non seulement dans l’épiderme mais aussi au niveau des follicules pileux. Contrairement à ce que le nom même pourrait indiquer, ces irritations peuvent apparaître même sans présence de boue. La gale de boue, de son vrai nom scientifique dermatophilose, apparait le plus souvent en automne et en hiver, puisque la bactérie se développe dans les milieux humides. La boue constitue donc le cadre parfait, bien qu’une litière humide puisse aussi être à l’origine de cette irritation. C’est pourquoi la qualité d’hygiène de votre équidé doit être optimale.

Comment le cheval est-il infecté par cette bactérie ?

Il y a plusieurs causes, le principal responsable de l’infection reste le cadre extérieur (la boue notamment). Une fois les infections bactériennes avérées, l’équidé va donc développer des taches rouges sur la peau, rapidement recouvertes de croutes, chacune de ces lésions étant à son tour contagieuse avec un risque de voir l’infection s’étendre à d’autres parties du corps mais aussi de contaminer un autre cheval.

Dans tous les cas, un cas de gale de boue implique que le cheval atteint contamine son propre environnement, multipliant alors les risques de contagiosité. Les mouches ou même les tiques peuvent eux-aussi être un vecteur de transmission de la bactérie.

Sur quelle partie du corps constate-t-on ces atteintes de l’épiderme ?

Le symptôme apparait sur la zone infectée et donc le plus souvent sur la partie inférieure des membres, la partie en contact avec la boue et donc avec la bactérie. Le paturon concentre la plus grande partie des cas de ce trouble cutané. Si le cheval n’est pas traité ni soigné, la bactérie se transmet à d’autres parties du corps. L’ensemble du corps est potentiellement menacé. Les plaques rouges sur le corps peuvent donc s’étendre et aggraver l’état général du cheval.

On identifie également régulièrement cette affection cutanée sur la ligne du dos et la croupe pour les chevaux vivant au près. Les roulades dans la boue ou la pluie expliquent cette localisation de cette maladie infectieuse. Enfin, on peut aussi retrouver des plaies au passage des harnachements ou même de la selle.

Comment reconnaître les symptômes de la gale de boue ?

Les symptômes sont principalement localisés dans les plis du paturon. La peau devient rouge, les poils tombent et la plaie devient suintante. Des croûtes et des crevasses peuvent alors se former avec l’emprisonnement de poils, aggravant l’irritation. Facilement reconnaissables, les symptômes de la gale de boue sont douloureux pour l’animal, même si cela n’engendre pas de démangeaisons. Dans certains cas, la douleur peut conduire à l’apparition d’une boiterie, qui peut disparaître (ou non) ou bout de quelques minutes d’efforts.

Si les lésions ne sont pas soignées et que l’infection est généralisée à l’ensemble de la surface de la peau, l’état général du cheval peut alors se dégrader, notamment lorsque la gale provoque des infections sous-cutanée (les lymphangites).

Le traitement de gale de boue, comment procéder ?

Dans de rares cas, le cheval peut guérir spontanément, notamment lorsque ces problèmes de peau surviennent à la fin de la période des pluies. Le plus souvent, il conviendra néanmoins de s’appliquer à suivre le traitement de la gale. Les remèdes contre la gale sont aisés à appliquer bien que chronophages :

  • Dans un premier temps, il conviendra d’éliminer la cause de cette infection et donc l’humidité. Le cheval sera rentré au box si cela est possible. Il faut maintenir le cheval au sec, pendant toute la durée de ces infections, afin d’éviter des conséquences inflammatoires ou un risque de surinfection. Cette mise à l’abri doit apaiser les chevaux atteints.
  • On peut aussi tondre les membres inférieurs, afin d’éviter toute humidité prolongée (poils) sur les zones déjà infectées. Ce sera recommandé pour les chevaux, devant rester au près notamment.
  • Il faudra ensuite nettoyer toutes les affections cutanées (croûtes, rougeurs, …) avec un savon doux et antifongique. Le nettoyage des plaies et des lésions doit être rigoureux sans être cependant trop brutal. Il ne doit pas être à l’origine de démangeaison pour l’animal. De même, on ne doit pas chercher à retirer systématiquement toutes les croûtes, qui tomberont naturellement au fil du traitement. Un rinçage abondant devra ensuite être opéré.
  • Ce soin local devra se terminer par le séchage de la zone concernée. C’est une des étapes essentielles, car en cas d’humidité persistante, la bactérie risque de proliférer à nouveau. Serviettes ou même sèche-cheveux peuvent être utilisés pour sécher les zones traitées. Une fois le membre infecté séché, appliquez un produit apaisant et adapté à la physiologie cutanée du cheval. Il permettra de protéger la peau, de l’hydrater et d’accélérer sa restauration.
  • Une solution antiseptique, cicatrisante et/ou apaisante pourra ensuite permettre d’assurer la protection des zones infectées. Si le cheval n’a pas pu être rentré au sec, il faudra absolument éviter les pommades, qui constituent alors un véritable danger en devenant rapidement sales avec la boue et se transformant ainsi en une réserve en puissance de …bactéries. (la pommade pourra en revanche être utilisée pour un cheval mis au sec).
  • Appliquez Dermrépare sur les zones nettoyées et séchées. Spécialement formulé à base d’huile végétale d’Aloe Vera et d’huile essentielle bio de lavande pour accélérer la cicatrisation, ce gel cicatrisant ne laisse pas de résidus dans le poil de l’animal.

Soigner la gale de boue avec le Dermrépare de C&cie

Ce traitement, bien que simple, reste long, et la gale de boue ne disparaît qu’au bout de plusieurs jours voire de plusieurs semaines. Ces opérations sont à renouveler au minimum une fois par jour tant que les lésions et croutes n’ont pas totalement disparues. Les lésions situées au niveau du pli des paturons sont longues à cicatriser.

Vous pourrez demander l’avis d’un vétérinaire si la guérison est trop lente. Après 10 jours de l’application des soins sur les plaies, la situation doit tendre vers une très nette amélioration. Le vétérinaire pourra, dans certains cas, prescrire des produits antibiotiques à administrer localement ou de manière générale.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *